Logo Neurosphinx

En savoir +

Qu'est ce que NeuroSphinx ?

Les Plans Nationaux Maladies Rares

1er plan 2005-2008

Le 1er plan national maladies rares (PNMR 1) a permis la mobilisation de l’ensemble des acteurs du domaine des maladies rares.

Lancé en 2005 par le ministère chargé de la santé, le PNMR 1 a struc­turé une offre de soins de très haut niveau en labellisant des centres de référence maladies rares (CRMR) couvrant l’ensemble du territoire français. Les actions du PNMR 1 ont été développées avec les acteurs nationaux de la plateforme maladies rares : Alliance Maladies Rares, Orphanet, Eurordis, Maladies Rares Info Services, Fondation maladies rares et AFM Téléthon.

Les principaux enjeux visaient notamment à améliorer l’accès au diagnostic, aux soins, et à une prise en charge de qualité, développer l’information, promouvoir la recherche et le développement de nouveaux médicaments orphelins.

2ème plan 2011-2014 (reconduit jusqu’en décembre 2016)

En 2011, le PNMR 2 amplifie les mesures du PNMR 1.

Faisant suite au PNMR 1, le PNMR 2 a permis de développer et mutualiser les compétences des différents acteurs en créant des filières de santé maladies rares (FSMR). Dédiées aux patients atteints de maladies rares Dans les axes stratégiques du PNMR 2 est également inscrite la centralisation des données sur les maladies rares avec la mise en place de la banque nationale de données maladies rares (BNDMR).

En 2017, l’actualisation de la struc­turation des CRMR a permis la la­bellisation de 109 réseaux maladies rares identifiant 387 centres de référence, 1757 centres de compétence et 83 centres de ressources et de compétence.

3ème plan 2018-2022

Le PNMR 3 a été lancé officiellement le 4 juillet 2018 par les ministères chargés de la santé et de la recherche, avec un budget de plus de 777 millions d’euros pour la période 2018-2022.

Ce plan compte 11 axes et a pour priorités :

  • La réduction de l’errance et de l’impasse diagnostiques,
  • La mise en place de nouveaux dépistages néonataux et l’accès aux plateformes de séquençage à très haut débit,
  • Le renforcement du rôle de coordi­nation des filières,
  • Une information renforcée sur des ressources parfois encore mécon­nues (Orphanet, Maladies Rares Info Services, …),
  • Le partage des données pour renforcer la recherche avec la créa­tion d’entrepôts de données,
  • L’accompagnement des personnes atteintes de handicaps liés à une maladie rare et de leurs aidants,
  • Une dynamique européenne soutenue par le rôle moteur de la France dans la recherche sur les maladies rares.

Les filières de santé maladies rares constituent le socle organisationnel du PNMR.

Téléchargez le Plan National Maladies Rares n°3 [PDF]

E-santé
Et la
e-santé ?